Ces sons d’Internet qui nous apaisent

Notre anxiété a atteint un point culminant. Au Japon, en en octobre dernier, il y a eu davantage de personnes décédées des suites d’un suicide que de la COVID sur l’ensemble de l’année 2020. Alors que notre santé mentale prend la tangente, les solutions pour nous aider à faire face se multiplient. Et certaines, se révèlent plus inattendues que d’autres... Décryptage.

Bizarre, Bizarre...

Il y a des signaux que l'on ne peut ignorer et la montée en puissance de l’audio (social) en fait partie. L'un des grands pouvoirs du son est la sensation qu'il peut procurer à l’auditeur ; la mélodie, le ton, le rythme, les bruitages et même la partie où il n’y a pas... de son ! En effet, chaque vibration, chaque note, chaque vocalise,... représente mille mots - des mots que nous n’entendons pas, mais que nous ressentons et qui résonnent en nous.    

Vous êtes très certainement assis devant votre écran en train de hocher la tête en vous disant que je ne vous apprends rien, mais si vous observez autour de vous, vous noterez qu’une forme atypique de « thérapie sonore » prend son envol...

  • Vous connaissez très certainement l'ASMR soit en français, la réponse autonome sensorielle culminante, qui désigne une sensation agréable pouvant être provoquée par un stimulus sensoriel. L’ASMR fait l’objet de 2 millions de recherches sur Google par mois (en moyenne), soit sept fois plus qu'en 2015. Le subreddit r/ASMR lancé en 2011, compte aujourd'hui plus de 220 000 utilisateurs et a connu une hausse de 20 % pour l’année 2020.

  • Les vidéos d'ambiance sont une variante de l'ASMR. La différence réside dans les décors animés qui accompagnent ces paysages sonores apaisants. L'objectif final vise à faire en sorte que les spectateurs se sentent immergés et inclus émotionnellement. Il s’agit d’un nouveau genre de vidéo qui a littéralement explosé sur YouTube depuis le début de la crise sanitaire, les personnes cherchant à s'échapper de la routine du quotidien, et de l’ennui découlant de l’enfermement. Dans un registre similaire le hashtag #SoothingVoice cartonne sur TikTok avec plus de 9,9 millions de vues. Vous pouvez en faire l'expérience ici (et sauvegarder la séquence pour le prochain coup de stress 😉).

  • La musique Lo-fi s’inscrit dans la même optique de relaxation.  Si ce n'est déjà fait, allez sur Spotify et écoutez la version lofi de "Wicked Story". Ce nouveau style musical mélange le hip-hop traditionnel et le jazz. En décembre dernier, il était recherché 301K fois sur Google dans le monde entier et a plus que doublé en deux ans. Sur Spotify, la playlist "Lofi Fruits" de Strange Fruits Music a généré près de 5 millions de likes.

  • Dans la même lignée, la Dreampop, des années 1980, qui se décrit comme "un sous-genre atmosphérique du rock alternatif et repose autant sur les textures sonores que sur la mélodie" réalise un come-back en force. Le subreddit r/Dreampop, créé en 2011, est lui, passé de 11,68 K adeptes en août 2020 à 74 K en janvier 2021.

Business et opportunités marketing

Là où il y a de l’audimat, il y a souvent du business à faire. Ainsi, des services comme Brain.fm, Generative.fm et Noisli proposent de la musique ambiante générative, pour vous aider à vous concentrer, à dormir ou à vous détendre. Endel va encore plus loin avec son algorithme basé sur les rythmes circadiens et adapte ainsi les sons à différentes sources d'information telles que l'heure de la journée.

Avec l'essor de la Passion Economy et l'âge d'or des créateurs, ce n'est qu'une question de temps avant de voir émerger de nouveaux outils qui permettront aux internautes de donner naissance à de nouveaux genres et à de nouvelles façons de produire de la musique et donc, de générer des UGC sonores à grande échelle.

De nombreuses marques étudient des expériences sonores apaisantes dans le cadre de leurs stratégies de marketing de contenu. Kaja, par exemple, est une marque de maquillage indépendante qui cartonne sur TikTok. Elle utilise des micro-vidéos pour promouvoir ses produits et montrer comment les utiliser, mais ce n'est pas tout. Si vous écoutez attentivement, la plupart de ces vidéos utilisent certaines techniques d'ASMR, en mettant l'accent sur les bruits satisfaisants, comme le bruit de décollement du blister de sécurité du produit, qui suffit à envoyer des picotements le long de votre colonne vertébrale et à faire en sorte que vos oreilles vous démangent un peu. Un exemple frappant ici. Dans le même ordre d'idées, TikTok a récemment organisé un défi de sifflements qui a recueilli plus de 400 millions de vues. Rien d'étonnant à cela : siffler est une astuce bien connue pour soulager le stress.

Ce que je cherche à souligner ici, c'est que nous sommes témoins de la façon dont quelques sons bien pensés nous apaisent, presque de façon subliminale. Le problème réside dans le fait que nous n'avons pas réfléchi à la manière d’intégrer cela dans nos interfaces.

Libérer la créativité audio

Si vous y réfléchissez du point de vue du design, ces dernières années, notre objectif n’a été qu’une course effrénée pour faire quelque chose que tout le monde fait : lisser et polir nos interfaces pour ôter toute friction. Nous avons atteint ce stade avec du flat design ainsi que du minimalisme numérique.

Dans cette quête de simplicité, beaucoup sont devenus des sosies ou des clones. Il apparait juste d’affirmer que nombre d’entre nous avons perdu la bataille de la construction d'un lien émotionnel réel et sincère.

Mais les lignes commencent à bouger, et l'UX Design Sonore pourrait redonner du sentiment et de la dimension à nos interfaces, notamment grâce au skeuomorphisme audio.

Je sais que vous venez de terminer ce paragraphe et que vous essayez encore de prononcer Skeu... 😅 comment ? Laissez-moi vous expliquer : le skeuomorphisme est un concept de design, dans lequel les objets sont conçus pour ressembler à leurs homologues du monde réel. Pour l'audio, c'est une forme d'audioconographie. Un bon exemple pour illustrer cela renvoie au son de la poubelle d'Apple MacOs, qui traduit le bruit réel du papier que vous froissez et jetez. C'est ce que nous appelons un bruit "oddly satisfying", étrangement satisfaisant. Le son UX, signe aussi le retour haptique, les qualités sonores naturelles de l'hapticité. Ici, il ne s'agit pas seulement de texture et de timbre, mais aussi d'intuition gestuelle. N'avez-vous jamais été hypnotisé par les mains d'un(e) pianiste ? La fluidité de ses mouvements ? La direction des notes ? Et la liberté avec laquelle elles se déplacent, comme si elles glissaient sur des vagues invisibles à l'œil nu ?  C'est aussi quelque chose qui peut être transcrit sur des interfaces.

L'audio offre un sentiment d'intimité extraordinaire. Dans un contexte de crise sanitaire et d'une utilisation accélérée du numérique, il est grand temps de repenser le pouvoir réel de l'audio fonctionnel, intégré à nos interfaces numériques. S’il ne s'agit que d'un aspect de la tendance des sites Web expérientiels évoquée il y a quelques semaines sur mon Substack anglais, pour autant, il s’agit assurément d’un aspect important.

Marie

  • Cette citation du designer danois Michael Flarup (je recommande également ses vidéos et ses keynotes)

    "Ce que je dis, et ce que j'ai toujours dit, c'est que le design peut être tout ce que nous voulons qu'il soit. Nous devons nous efforcer de créer des expériences amusantes et mémorables, adaptées au contexte, mais pas limitées arbitrairement. De nos jours, il y a beaucoup d'uniformité dans le design et je pense que nous pouvons y remédier si nous sommes prêts à laisser tomber certains idéaux minimalistes et à commencer à réfléchir à la façon dont nous pouvons insuffler du plaisir dans nos créations. Commencer à penser à la forme plutôt qu'à la fonction. Se permettre d'embellir au nom de l'orchestration d'une expérience. Faire de la délectation un facteur de différenciation."

  • J’ai enregistré un podcast avec Newsletter Crew. À écouter ici.

  • Vous êtes-vous déjà demandé combien coûtaient vos réunions ? Il existe un outil pour cela.

  • Quand Zoom rencontre Animal Crossing, voilà le résultat.

  • Et la lumière fut.